L’AMBASSADEUR J. PETER PHAM, ENVOYÉ SPÉCIAL DES USA POUR LE SAHEL EN AFRIQUE

L’AMBASSADEUR J. PETER PHAM, ENVOYÉ SPÉCIAL DES USA POUR LE SAHEL EN AFRIQUE

L’Ambassadeur J. Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis pour la région du Sahel en Afrique a animé un point de presse numérique hier, mardi 5 janvier 2021. Les échanges entre lui et les hommes des médias ont porté sur entre autres : des élections dans la région du Sahel, l’aide au développement des pays du Sahel, la lutte contre le terrorisme et la violation des droits de l’homme dans cette zone. En réponse aux préoccupations des journalistes, M. J. Peter Pham a été sans détour.

“Dans nos déclarations et nos messages, les Etats-Unis sont censés appeler les Gouvernements à regarder davantage pour prévenir les violations des droits de l’homme et les autres titres d’abus”, a-t-il indiqué.

“Nous avons rappelé aux différents Gouvernements que l’aide américaine à la sécurité pourrait être menacée s’ils ne donnent pas suite aux enquêtes et s’ils ne tiennent pas responsables les auteurs de ces faits”, a menacé l’Ambassadeur J. Peter Pham.

“Les USA investissent beaucoup dans la zone et collaborent avec leurs partenaires africains pour le bien de la sécurité, de la diplomatie, de l’économie et le développement au Sahel. La région est confrontée à un ensemble de défis politiques, économiques, et sécuritaires. Ce qui rend cet investissement et la coordination réussis entre nos partenaires dans la région si cruciaux”, a-t-il rappelé.

Sur les assassinats et exécutions extra judiciaires au Burkina Faso et le soutien des USA à ce genre de gouvernement, l’Ambassadeur J. Peter Pham a laissé entendre qu’il faut démêler plusieurs choses ici. “Bien que les USA fournissent un soutien pour les forces de sécurité burkinabè, nous pensons sur cette question très minutieuse. À ce que l’on sache et à ce que l’on a entendu, en tout cas, aucune des forces qui reçoivent des formations de soutien des Etats-Unis n’a été impliquée dans de violations des droits de l’homme”, a-t-il précisé.

“D’autres unités, de manière indéniable, ont commis des abus, des violations, et nous sommes concernés par cela. C’est quelque chose dont on a parlé à plusieurs reprises dans nos conversations avec le Burkina Faso et même jusqu’au Président. J’en ai parlé lors de ma dernière réunion avec le Président, et même si on fournit un soutien, c’est des Etats Unis qui fournissent aux forces burkinabés. Nous prenons très au sérieux ces allégations. Mais pour l’instant, nous n’avons pas vu de preuves montrant que des forces que nous avons soutenues auraient perpétré des tels actes. C’est un problème, cependant, nous avons parlé à plusieurs reprises et qu’on a soulevé à plusieurs reprises”, a-t-il expliqué.

“Comme je le dis aux autorités du Burkina Faso et à d’autres acteurs du Sahel, les violations des droits de l’homme sont intolérables sur le plan moral, sur le plan éthique, et également, parce que, c’est quelque chose qui divise les citoyens et leurs gouvernements. C’est quelque chose qui facilite l’extrémisme. Donc, c’est quelque chose qui est véritablement contre productif.  C’est dans l’intérêt propre des Etats du Sahel. Lorsque cela s’est produit, il faut enquêter et faire en sorte que les auteurs soient tenus pour responsables. Le soutien des Etats-Unis à ces pays sera conditionné aux enquêtes qui doivent être menées”, a martelé l’envoyé spécial des États-Unis pour la région du Sahel en Afrique.

Concernant les communications autour du soutien des USA au Burkina Faso, au Mali, au Niger, il a dit ceci : ” les Etats Unis ont été et continuent d’être les contributeurs les plus importants sur le plan bilatéral au Sahel. C’est le partenaire le plus important dans tous les secteurs non seulement dans le secteur de la sécurité mais également à l’aide pour le développement et à l’aide à la santé”.

Source : Le Soir De Bamako