FERMETURE DES ECOLES POUR CAUSE DE COVID-19 : Les enseignants libres demandent des mesures d’accompagnements

FERMETURE DES ECOLES POUR CAUSE DE COVID-19 : Les enseignants libres  demandent  des mesures d’accompagnements

Après plusieurs sans cours, les enseignants du privé sortent de leur gong pour exiger la réouverture des classes. Non seulement ils dénoncent le manque de pragmatisme des autorités, ils exigent l’accompagnement financier de l’Etat.

Dans le cadre de la réponse mondiale à la crise pandémique liée à coronavirus, les gouvernements africains ont pris d’urgence des décrets et des décisions à l’échelle nationale notamment la fermeture de toutes les écoles publiques comme privées.

Cette pandémie a  paralysé le secteur privé, plus particulièrement  les établissements  d’enseignement privé. L’enseignement libre a été plus réactif que le public face aux contraintes engendrées par la crise sanitaire

Depuis l’avènement  de coronavirus au Mali, les enseignants du privé arrivent à peine à subvenir à leurs besoins. Les autorités transitoires ont procédé à nouveau la fermeture des établissements scolaires sans mesure d’accompagnement suite à la 2ème vague du COVID-19.  Les enseignants des écoles privés lancent un cri de cœur. Pour Djibril Diallo, un enseignant libre, en cette période particulière de la fermeture des établissements scolaires pour la lutte contre le COVID-19, les risques numériques sont  déjà présents pour l’ensemble du corps enseignant notamment des enseignants privés.

«Bon nombre des enseignants ont des problèmes avec les locataires, en plus de cela ils sont endettés. Je trouve que cette gestion de la pandémie est un pilotage à vue, je suis très frustré pour le report de la reprise du 05 janvier et je ne sais à quoi ils jouent, les autorités transitoires. La remise en pied du système d’éducatif fait partis également aux défis de la transition, surtout le la standardisation  de la situation des  enseignants privés», réplique  Mr Diallo.

Poursuivant, Mr Diallo explique que les enseignants libres vivent  déjà  dans un calvaire. Les salaires sont insuffisants, à la fin du mois pour avoir son salaire dans certains établissements, il faut un bras de fer. « Ils savent que nous mangeons, nous buvons et payons également les frais de location dans l’enseignement », peste-il.

Mr Diallo Demande exige des autorités,  la réouverture immédiate des écoles dans un environnement protecteur et inclusif, dans le respect des règles hygiène en vue d’aider les enseignants  intervenant dans les établissements d’enseignement privé.

Karamoko Diallo, Stagiaire